Chauffage

Choisir un mode de chauffage efficace

Print Friendly

Réduire la facture énergétique, limiter les émissions de gaz à effet de serre et bénéficier d’avantages fiscaux : voilà les enjeux d’une réflexion bien menée sur le mode de chauffage de la maison.

Avec la production d’eau chaude sanitaire, le chauffage représente environ 70% de la facture énergétique d’un foyer, et, 81% des émissions de CO2 d’une maison proviennent du chauffage. Alors il est indispensable de faire le bon choix, d’autant qu’avec les nouvelles exigences de la réglementation thermique 2012, les choses devraient changer, l’installation de convecteurs électriques est trop souvent le choix opéré par les particuliers, notamment dans les constructions neuves, en raison d’un investissement de départ limité.

Pourtant, d’autres solutions existent. Voici quelques unes des solutions envisageables.

Gaz ou fioul, jouez la performance

L’offre de chaudière au gaz naturel ou au fioul est extrêmement vaste. Toutefois, compte tenu du prix de l’énergie et des contraintes de plus en plus fortes qui pèsent sur les émissions de CO2, il convient de s’orienter désormais vers des produits très performants, bénéficiant d’un très bon rendement. Ce sont les chaudières à condensation qui offrent aujourd’hui, dans cette catégorie de produits, les meilleurs résultats. La technologie mise en oeuvre est la suivante quelle que soit l’énergie choisie : en condensant la vapeur d’eau des gaz de combustion, la chaudière récupère de l’énergie. Cela permet de réduire de 15 à 20 % la consommation de gaz ou de fioul avec, à la clé, un meilleur respect de l’environnement.

Il existe aujourd’hui de nouvelles chaudières dites hybrides combinant à la fois l’utilisation du gaz et la mise en œuvre d’une pompe à chaleur en fonction de la température extérieure.

La pompe à chaleur

Pour produire de la chaleur, la pompe à chaleur va utiliser les calories contenues dans l’air, le sol ou les nappes phréatiques pour les restituer à une température plus élevée grâce à l’utilisation de l’énergie électrique. L’avantage c’est que pour 1 kW d’électricité utilisée, la pompe à chaleur restitue au moins l’équivalent en chaleur de 3,5 kW. Mais le rapport peut aller de 1 à 5 pour les systèmes géothermiques les plus performants.

L’énergie peut également être restituée de diverses manières : via un plancher chauffant basse température, des radiateurs basse température, au moyen de ventilo-convecteurs à eau ou à détente directe.

Le coût de l’investissement peut varier de manière importante en fonction de la technologie choisie. Et le choix n’est pas qu’une question de coût ou de goût. Il peut également, dans un certain nombre de cas, être dicté par le terrain entourant la maison à chauffer et les températures négatives pouvant être atteintes en hiver…

Le solaire thermique

En développement dans notre pays, le chauffage solaire thermique est pourtant une solution intéressante, adoptée dans de nombreux pays européens. Des capteurs solaires permettent de réchauffer l’eau du circuit de chauffage constitué d’émetteurs basse température (plancher chauffant basse température par exemple). Et pour les périodes de moindre ensoleillement, un système d’appoint prend le relais. Pour obtenir la meilleur rentabilité du dispositif, il est conseillé de coupler le système de chauffage solaire thermique avec le système de production d’eau chaude sanitaire.

Le bois n’est pas réservé aux cheminées

Chauffer une maison au bois ne veut pas dire effectuer un retour en arrière de plusieurs siècles et installer une cheminée dans chaque pièce de la maison. Il est possible d’équiper cette dernière (si elle dispose d’un espace adapté) d’une chaudière à bois raccordée au réseau de chauffage central. Chaudière à tirage naturel à combustion montante, ou à combustion horizontale, chaudière turbo, chaudière à plaquettes, chaudière à granulés, les options sont variées avec, à la clé, des différences de rendement pouvant varier de 55 à 90 %. Il faut ajouter la possibilité d’installer un insert ou un foyer fermé dans une cheminée ou un poêle. Bien que le prix du bois ait tendance à augmenter, ce mode de chauffage reste, selon l’Ademe, le plus économique avec un coût de 40 €/MWh.

Lire sur le même sujet

Article précédent

Il n'y a pas d'article plus ancien.

Article suivant

Chauffer sa maison avec le soleil, est-ce valable ?

Nous vous recommandons



Vous connaissez ce sujet, ajoutez un conseil supplémentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>